Les fringales de la femme enceinte sont-elles de purs mythes ? » Les mamans du monde

 Les fringales de la femme enceinte sont-elles de purs mythes ?

10/2/2011

Les fringales

 

Les fringales des femmes enceintes sont-elles de purs mythes ?


Les fringales

Cette inlassable envie de manger du matin au soir pendant la grossesse est pourtant bien réelle. Mais il est essentiel pour les futures mamans de maîtriser ces grignotages afin de limiter leur prise de poids. La faim est omniprésente, après le repas, la nuit, le jour… Et évidemment, ce n'est pas sur une assiette d'haricots verts que la maman jette son dévolu, mais sur tout ce qui lui tombe sous la main ! Il est important pour les futures mamans de diminuer ces grignotages compulsifs afin de limiter leur prise de poids, ses conséquences sur leur santé et celle de leur bébé.



I - C’est quoi ?

Si l'imaginaire collectif a grossi les traits de cette faim irrépressible en l'associant souvent à des envies saugrenues (les fameuses fraises), ce désir de manger du matin au soir pendant la grossesse n'en est pas moins réel, bien que différent chez chaque femme.
La fringale se traduit par le besoin et l'envie bien perceptible physiquement de manger. Elle est en un mot, incontrôlable, et se traduit par l'urgente nécessité de combler le trou creusé par la faim au fond de l'estomac.
Si les fringales apparaissent plus souvent à partir du 2ème et du 3ème trimestre, ces envies peuvent survenir à des périodes très variables. Certaines femmes les ressentent dès le premier trimestre de leur grossesse. Il arrive même que certains des aliments devenus privilégiés aient été les seuls acceptés lors du premier trimestre de grossesse, période de nausées ! Auquel cas nous sommes face à une envie dépit plutôt qu’une envie plaisir.


Entre idées reçues et réalité physiologiques

Différentes pistes à explorer pour expliquer ce phénomène :

  • Les femmes enceintes sont influencées par le fameux adage « il faut « manger pour deux », alors qu’en réalité il faut surtout manger « deux fois mieux » !  
  • C’est une période où la femme subit des bouleversements hormonaux qui peuvent être la cause de ces pulsions. Ah, les hormones… Sécrétées par le placenta pendant la grossesse, "les œstrogènes rendent les futures mères anxieuses et nerveuses, favorisant ainsi ce qu'on peut appeler des poussées compulsives". La femme enceinte peut alors se jeter sur des aliments qu'elle s'interdit en général, se laissant subitement guider par des pulsions jusque-là sous-jacentes.  
  • Pour certaines femmes régulièrement au régime, par exemple, c’est une formidable occasion de laisser libre court à leurs péchés mignons en prétextant des envies soudaines. Personne n’osera reprocher à une femme enceinte d’avoir de l’appétit !  
  • Les envies peuvent répondre à de réels besoins du corps, très sollicité pendant cette période. Il s’agirait donc de signaux transmis au cerveau afin d’éviter les carences. Par exemple, une envie de fraises, c’est aussi peut-être un besoin de vitamines. Mais pas de panique, si aucune envie ne se manifeste ! Aujourd’hui, la grossesse est suivie de près et des analyses de sang régulières préviennent les carences, anémies etc. Des compléments alimentaires appropriés sont prescrits en cas de défaillance.  
  • Un foie engorgé (merci qui ? Les hormones !) serait plus à même de provoquer ce déséquilibre. D’où l’importance de limiter les aliments riches et indigestes, au profit d’autres, plus légers et rafraîchissants.  
  • S'ajoute à l'angoisse engendrée par cet état "exceptionnel" qu'est la grossesse, la crainte de « manquer de quelque chose » : en d'autres termes, de ne pas apporter au bébé tous les éléments nutritionnels dont il aurait besoin pour son bon développement. Une peur qui expliquerait en partie les envies compulsives de nourriture.  
  • Certains psychologues affirment que ces pulsions peuvent correspondre au dernier caprice d’enfant avant de devenir mère. Se faire chouchouter une dernière fois par son entourage, c’est agréable et rassurant. Surtout que d’ici quelques mois, toute l’attention sera portée sur le bébé et ce sera dur pour la maman de passer au second plan. 

Si il est très important de bien se nourrir lors de la grossesse pour faire le plein de nutriments, il est vrai que les fringales ne facilitent pas vraiment la tâche des futures mamans, qui doivent tout de même rester raisonnables afin d'éviter les crises de boulimie et surtout la prise de poids trop importante.



II - Pourquoi contrôler ses fringales ?

Si la perte des kilos dits résiduels (il s'agit des kilos encore visibles sur la balance après l'accouchement) se fera sans trop de difficultés pour les femmes les plus fines avant leur grossesse, il est préférable pour les femmes un peu plus rondes de limiter leur prise de poids (à noter que la prise de poids durant la grossesse doit être comprise entre 9 et 12 kilos).
Une importante prise de poids peut aussi être facteur de diabète gestationnel, propre aux femmes enceintes. Cette forme de diabète se développe généralement pendant la grossesse, le plus souvent au cours du deuxième trimestre. La plupart du temps, il s'agit d'une hyperglycémie qui se déclare suite aux bouleversements métaboliques de la femme enceinte, mais il peut s'agir d'un diabète préexistant jusqu'alors méconnu. Si les risques graves sont très faibles, autant pour la mère que pour le fœtus, il peut parfois avoir des conséquences importantes. Poids de naissance très élevé (qui peut entraîner des complications lors de l'accouchement), surpoids, obésité sont quelques-unes des éventuelles conséquences à court et long terme pour l'enfant. D'où l'intérêt pour les futures mamans de maîtriser leurs envies de nourriture.



III - Limiter la sensation de faim

Le plus souvent, les femmes enceintes ont tendance à se jeter plus volontiers sur des aliments sucrés, car ils procurent une sensation de plaisir immédiat, le glucose étant très vite absorbé par l'organisme. Malheureusement, ces sucres rapides sont à éviter. Ils font s'effondrer le taux d'insuline dans le sang et relancent en moins de deux les envies de sucre. Ainsi, les aliments capables de couper l'appétit (céréales complètes, graines, fruits et légumes riches en fibres) sont à privilégier puisqu'ils permettent d'atténuer les fluctuations de l'insuline. 
La question est de savoir comment, à défaut d'échapper, aux fringales, y céder intelligemment ? Tout d'abord, il est vivement conseillé par les médecins de manger à sa faim lors des repas, tout en reportant son dessert de midi à plus tard dans la journée. Enfin, il ne faut pas hésiter à goûter et à prendre des collations équilibrées.
Voir le dossier « Grignotages »

Category : Alimentation et grossesse | Write a comment | Print

Comments

| Contact author |